CoCrea


Accompagnement vers une meilleure qualité de vie personnelle et professionnelle 


L'être humain a de tous temps chercher un sens à son existence. 


Cette quête de sens peut devenir urgente lorsque l'on est confronté à une souffrance intense.


Les questions existentielles auxquelles nous tentons de répondre naissent de la dimension spirituelle, présente en chacun de nous. 


La spiritualité n'est pas un système religieux ou une philosophie culturelle, comme certains peuvent le penser.


Il s'agit d'une expérience naturelle d'épanouissement personnel.


Elle est une fonction naturelle vivante de l'être humain, comme celle de boire, de manger de penser, que nous avons à découvrir et à développer, comme on peut développer son intellect ou sa mémoire.



Dans sa théorie sur les niveaux logiques de l'être humain, Robert Dilts a placé en haut la pyramide ce besoin fondamental d'épanouissement de soi.


Elle consiste à reconnaître l'existence de notre Essence, notre raison d'être et à apprendre à nous laisser guider par elle. 


C'est donc la découverte d'une dimension de nous-même, qui ne demande qu'à être développée par l'expérience.


Lorsque nous sommes en connexion avec elle, elle transforme notre état intérieur qui se caractérise alors par la joie et la liberté. 


Elle transforme aussi nos sensations corporelles, car elle agit comme une source d'énergie et élève notre état vibratoire. 


Nous sommes invités à réaliser cet état en cultivant la confiance et le lâcher-prise.


Cette dimension de nous-même est intégrée pleinement dans les accompagnements que nous proposons. 


Nous ne pourrions faire autrement, au risque de nous amputer d'une partie fondamentale de nous-même.


Le chemin vers un changement dans notre vie, vers un mieux-être est guidé par notre spiritualité car elle est l'essence de notre être.


La citation ci-dessous est une illustration pleine de sagesse:


Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine

Pierre Teilhard de Chardin